Au gré du trouble que le réel

Supplémentaires


La portée du bruit est relative au silence qui le précède »

un événement se lève un instant parmi les autres

dont il est l’occasion

(le) il y a (de) ce qui se passe

« Comment susciter une autre répartition, trouver un autre rythme, faire résonner autrement »

pourrait potentiellement peut-être
aussi ne pas
pour

« s'agréger pour répliquer, comme il y a des tremblements de terre qui répliquent »

profondeurs de champ qui se développent côte-à-côte

montées de tonnerre

« propres à propager l'éclatement »

le faire
quand
même

« que les brisures finissent par se retrouver »

synergiques             en mouvement

« Rajoutez les intersections que vous voulez »

c'est ce que ça donne

et ce qui s'ensuit

 

 

Cette manière consiste en


une série d’impressions
ferments situés
expériences
à partir
desquelles
s’élancer
en trombe
s’éclater
ivres ensemble
emportés dans notre tournoiement
déferles
virailler
la tournure
que ça prend
l’urgence d’exister
et ces quelques lenteurs
ce temps

attroupement
soudain
ça arrive
certes ne dura qu’un
instant
suffit
pour une fois
où que nous étions
sans but autre
que celui
ensemble
nous sommes

avons été
déjà
errer en cherchant
le flux
ce qui
nous parcoure même si
pour une suite
seulement

la dispersion toujours imminente

d’une présence occupant

toutes sortes figurent possible
tant de fois se cherchent
sortent de figures possible

un moment toute la place

pour se rejoindre

toutefois sans lieu

une chance
s’en faire

des alliances
qui nous tendent
divises
toutes croches
mais bien inclinées
jusque dans l’infime
devenir
essaimer
la douceur vibrante
de la rage

ils ont vu que comme eux
nous n’y croyons pas
alors ils ont eu peur

 

 

En bordure tenir


Parcourir
    pour parcourir
        ces places
            qui nous environnent

    Distordre
        ces environs
            qui nous placent
            arboricoles
                plantés là
                    et là
                    où
les feuilles même
les plus verdoyantes
            s'étalent
            pales copies

    Des profondeurs jaillir
        des boutures
            germinent saison
                brisent l'asphalte
                    l’éclatent
                    la fissurent
                             à force de

    Ne pas se laisser abattre
        déjà trop de battues
        contre-coupures
            apparues
        fragments à vivre et à faire vivre
    sans solutions
        terminaisons atroces
        à disparaître
            pour mieux
                réaparaître
                re-prendre
    sans fusion
        que déprise
        commune présence
            dis-jonction
            dis-tendre
                l'un vers l'autre
                l'autre ailleurs
                l'une par là
                    là aussi
            et là
                là
                

Ça n'arrête plus
                    d’y tenir         de tenir         tenir

 

Raphaël Hubert